Les foutaises de la réforme constitutionnelle

Publié le par Didier B

Aujourd’hui, en dehors des vacances de Nicolas Sarkozy en Tunisie, les journaux s’intéressent beaucoup aux mouvements d’humeurs des députés UMP qui, apparemment, viennent de découvrir que la réforme de la Constitution, qui est censée redonner un rôle important au parlement, est vide de sens.

 

C’est à ce demander ce que les députés font de leurs journées… N’auraient-ils pas lu tout ce qui se disait sur ce projet avant qu’il ne passe au conseil des ministres ?
Eh oui, chers (très chers…) élus, la réforme de la constitution voulue par Nicolas Sarkozy ne donnera aucun pouvoir supplémentaire au parlement, parce que le président ne le veux pas et ne l’a jamais souhaité.

 

Maîtrise de l’ordre du jour partagée entre députés et gouvernement ? Doux éclat de rire puisque plus de 95% des textes de lois sont préparés par le gouvernement. Donc, les députés pourront choisir d’examiner un texte gouvernemental ou un texte gouvernemental… Rien de bien folichon.

 

Limitation de l’usage du 49-3 ? Autre éclat de rire… La limitation ne concernera pas les textes de loi de finance ou de loi de financement de la sécurité sociale et un autre texte par session parlementaire (soit 2 par an). Autant dire qu’il n’y aura pas de limitation, la majorité UMP étant assez large pour supporter quelques défections sur tous les autres textes.

 

Il y a encore beaucoup de petites choses comme celles là, qui peuvent irriter nos chers (si chers…) députés. Mais il ne fallait pas rêver ; en France, le pouvoir exécutif domine le législatif depuis 1958, et ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui acceptera de perdre la moindre once de ce pouvoir au profit d’une assemblée législative, fut-elle issue du suffrage universel et pourtant bien plus légitime que lui puisqu’elle représente 100% des votants tandis qu’il ne peut se prévaloir que du soutien de 53% d’entre eux.

C'est donc une réforme gadget que le gouvernement propose, et rien de plus. Bien sur, certaines propositions vont dans le bon sens, c'est du moins ce que j'entend dire, de ci de là. Mais si vous êtes sur la route des vacances de Lille vers Perpignan, vous arrètez vous à Orléans, satisfaits de vous, parce que vous allez dans le bon sens ? Soit on va au bout du raisonnement, soit on ne le tient pas.

 

Dans ce cas, pourquoi tant insister pour faire voter ce texte si ce n’est finalement pas si important ? Tout simplement parce que Nicolas Sarkozy pourra ainsi se vanter d’avoir redonné ses lettres de noblesse à l’assemblée, sans l’avoir vraiment fait. « Encore une réforme réussie… »
Le désir du petit président à vouloir venir faire un discours devant le parlement, comme un président américain, est d’ailleurs caractéristique. Cela servira uniquement à rappeler aux députés et sénateurs que, finalement, le vrai pouvoir est toujours entre les mains de l’Elysée, et qu’il n’est pas près d’en partir.

 

Alors, y a t il vraiment besoin de réformer la Constitution ? Oui, certainement. Mais, quitte à redonner des pouvoirs au parlement, il faudrait lui rendre la totalité d’entre eux, en instaurant une séparation totale des pouvoirs. Un exécutif qui met en œuvre les lois créées et discutées par le législatif, voila un bon système, en tout cas bien meilleur que celui qui permet à un président de la République de diriger seul notre pays…

Il convient donc que les partis d'opposition ne vote pas ce texte qui n'apportera rien de plus à l'actuelle démocratie à la française et qui n'otera rien de sa toute puissance au président de la république. Nous pouvons espérer que le PS ne refera pas le même cinéma que pour le traité de Lisbonne...

Publié dans Polémiquons à droite

Commenter cet article

Suzak 28/05/2008 23:10

Je suis d'accord avec cet article, mais pas avec la solution proposée. On ne peut pas "instaurer une séparation totale des pouvoirs": tout simplement parce que ça dénaturerait notre régime. Il ne s'agirait plus d'un régime parlementaire, mais d'un régime présidentiel, sur le modèle des Etats-Unis.Dans ce cas, ce ne sont pas quelques articles, mais une nouvelle Constitution qu'il nous faudrait, et rien de dit qu'il serait possible de mettre en place un régime présidentiel en France.Il vaut peut être mieux essayer de remodeler les mécanismes de rationalisation du régime, comme l'article 12, l'article 49 dans sa totalité etc... Mais avec le fait majoritaire, c'est aussi mal parti!Enfin, comme vous dites, de toute manière, ça ne changera rien pour le Président de la République...

max labruni 10/05/2008 18:05

mon dieu, mon dieu, que de bêtise dans tous ces propos... Pour info, une réforme constitutionnelle doit être adopté par les 3/5 du Congrès (Assemblée Nationale + Sénat) : comment peut-on faire passer ça comme une lubie personnelle du Président?...

MaNat 01/05/2008 23:59

Hum...  Effectivement, seul le second tour compte et c'est bien de lui seulement que je parle.  Si j'indique le nombre d'inscrits, c'était... idiot; il aurait mieux valu ne pas le faire.  À 2h30, mon message me paraissait compréhensible... ;-)Mon point était le suivant: bien qu'étant 8 fois plus nombreux que ceux qui ont voté pour Y en Corrèze et qui, eux, seront représentés, et bien que faisant partie des votants, les 49 à voter en Seine-St-Denis pour Z qui n'est pas élu ne serons pas représentés à l'assemblée.

Didier Goux 01/05/2008 14:40

Alors, là, entièrement d'accord avec vous ! Mais l'époque non plus n'a pas le talent de l'autre. Je me demande, au fond, si nous n'avons pas le président que nous méritons. (Lui ou Ségfolène, d'ailleurs : je persiste à ne voir aucune différence ESSENTIELLE entre ces deux malfaisants.)

Didier B 01/05/2008 12:03

@Bruno PY a pas de quoi :-)@Pas PerdusIls ont peur que les départements ne disparaissent à la suite des plaques...@MaNatD'accord sur l'idée de proportionnelle. Mais dans un système de vote majoritaire à deux tours, c'est le 2e tour qui compte.C'est pour ça que je disais que 100% des votants étaient représentés (sinon, j'aurais parlé des inscrits...)@Nicolas JMerci :-)@JeffanneBon premier mai aussi !@Didier GouxEh oui... Sarkozy ne fait pas exception. Mais il n'a pas le talent de Mitterrand, il en est même très loin.