Denis Olivennes veut civiliser Internet.

Publié le par Didier B

Ancien PDG de la FNAC et désormais directeur de la publication du Nouvel Observateur, Denis Olivennes a écrit une petite bafouille aux lecteurs du magazine. Liberté de la presse, gauche moderne et Internet constituent le menu de cet éditorial.

 

Il est inutile de s’attarder sur les propos lénifiants du Sieur Olivennes sur la liberté et la politique. Ils n’ont que peu d’intérêt et aucune originalité. A sa décharge, il vaut mieux qu’il passe pour un être lisse et sans idées de réformes car c’est sûrement comme cela qu’il peut le mieux se faire accepter dans le sérail du Nouvel Observateur.

 

Mais, sur Internet, il a une idée. Selon lui le Nouvel Observateur devra renforcer sa présence sur Internet : « en y défendant les principes de vérification, de hiérarchisation, d’interprétation des informations, et, plus généralement, de respect intransigeant des valeurs éthiques qui constituent son identité même, contribuant ainsi à civiliser l’univers pour l’instant sauvage du Net. »

 

Civiliser l’univers sauvage du Net ! Je croyais avoir tout lu et tout entendu sur le sujet, mais Denis Olivennes vient de franchir un palier supplémentaire. L’ancien PDG de la FNAC est plus connu des internautes comme l’homme qui a orienté le droit français vers le tout répressif dans le cadre de la lutte contre le piratage sur les réseaux P2P. Cette orientation prend toute sa saveur si on se souvient que l’enseigne est soupçonnée par la SACEM de vendre des DVD piratés dans ses rayons.

 

Dans le cadre de la commission qui portait son nom, Denis Olivennes avait bien fait comprendre qu’il n’aimait que peu les internautes, coupables selon lui de vouloir tout sans en payer le juste prix. L’année dernière, il commettait d’ailleurs un livre intitulé « La gratuité, c'est le vol : Quand le piratage tue la culture ».

 

Parce que c’est bien là que ce situe le problème pour Denis Olivennes. L’univers sauvage du Net est gratuit, et c’est intolérable. En ce moment même, vous lisez ce texte sans que je ne vous le fasse payer. Il s’agit pourtant d’une belle analyse qui mériterait de se retrouver dans le Nouvel Observateur et que vous devriez payer pour pouvoir la lire. Et cela gène Denis Olivennes…
Pas mon texte bien sur, mais le fait qu’Internet fasse un travail de diffusion et de commentaire de l’information, au moins aussi bien que son journal, en couvrant toutes les sensibilités politiques, sans que cela coûte plus au lecteur que son abonnement auprès d’un fournisseur d’accès Internet.

 

La gratuité, c’est du piratage, pense Denis Olivennes ; Internet fait de la concurrence aux médias traditionnels, et c’est pour cela que les médias traditionnels s’y sont installés, recueillant au passage quelques subventions d’état. Internet doit donc apprendre les bonnes manières de la société de consommation, et se mettre au payant ou, du moins obéir aux règles fixées par les médias traditionnels. Ceci devrait se faire au grand bénéfice d’entreprises « classiques » comme celles qu’il dirigeait ou dirige encore.

 

Comme les missionnaires en leur temps, Denis Olivennes veut apporter la civilisation à Internet. Il ne parle pas d’y apporter liberté ou organisation, mais civilisation. Comment ne pas faire le rapprochement avec la politique du même nom du président Sarkozy ? Dans cet esprit, Internet n’est finalement qu’une banlieue du 21e siècle et les internautes en sont les racailles. Il faut donc vite y faire sentir la présence de l’état et des entreprises pour faire régner « l’état de droit ».

 

Les dernières semaines ont été riches en événements concordants, comme l’apparition d’un veilleur Internet à l’Elysée ou la multiplication des procédures judiciaires à l’encontre d’internautes blogueurs. Et même si ces événements ne sont pas liés, les déclarations de Denis Olivennes ne viennent que confirmer la tendance qui voudrait remettre de l'ordre là ou il n'y en a pas besoin.

P.S.: Pour completer votre lecture, vous pouvez vous rendre chez Marc Vasseur. A quelques heures d'intervalle, nous nous rejoignons sur le sens à donner à ces écrits de Denis Olivennes.

Publié dans Humeur

Commenter cet article

emiliano, pancho & cie 30/03/2008 19:27

en tous cas tu t'en payes une bonne tranche sur son dos mais c'est encore pas cher payé, il paye pas de minne cet olivennes qui veut se payer notre tête, mais il est pas impayable! profitons la gratuité c'est le vol? il pense payer des droits de paraphrase à proudhon?

olive 30/03/2008 11:30

ah le p2p, le plus rigolo c'est que Sarko nomme pour faire un projet de loi le patron de la fnac, qui plus est comme tu dis n'est pas clair aussi, presque il aurait du aussi nommé le patron d'universal pour faire le projet, qui plus lui aussi n'est pas clair car joue le jeu illégal sur  le net, en faisant hacké des sites et forums de p2p, en fait, faites ce que je dis mais pas ce que je fais, belle brochette d'escroc qui nous gouverne...

Rébus 29/03/2008 19:11

quand j'entends le nom Olivennes, je sors mon client torrent