Dick Cheney se fout des sondages, Nicolas Sarkozy aussi !

Publié le par Didier B

IKEAonwheels.jpgIl existe un point commun entre notre vénéré président, Nicolas Sarkozy, et le vice-président des Etats-Unis, Dick Cheney. L’un comme l’autre pensent que les sondages ne servent à quelque chose que si ils sont favorables à leurs idées.

Après avoir été faire un petit tour à Bagdad avec ses 300 agents du Secret Service, Dick Cheney est rentré à la maison. Il en a profité pour répondre à quelques questions des journalistes. A l’un d’eux qui lui demandait s’il ne devrait pas tenir compte de l’avis des étasuniens (qui sont majoritairement opposés à la guerre en Irak), il a répondu : « Non,  je ne crois pas qu’on doive changer de cap à cause des fluctuations des sondages ».

Remarquez, Cheney à de qui tenir puisque George W. Bush dit n’avoir aucun regret sur l’Irak. Voila qui devrait faire immensément plaisir aux parents et amis des 4000 et quelques morts de l’armée des Etats-Unis, et ceux des dizaines de milliers de morts irakiens.

Nicolas Sarkozy 1er, notre vénéré mètre (Salut, Nicolas Princen…), est un peu pareil. Il se moque des sondages. Le plus récent, effectué par BVA pour Les Echos, indique que 63% d’entre nous pensent que la politique économique du gouvernement est mauvaise.
Selon le quotidien, « Les Français ne sont dans leur majorité pas favorables à une accélération des réformes, ils souhaitent qu'elles aient une orientation plus sociale mais ils s'attendent à un plan de rigueur. Bref, ils sont assez lucides mais ils ne suivront pas le chef de l'Etat les yeux fermés. ». (Retrouvez l'article ici)
Quand j’ai lu ça, je me suis dit que Les Echos devait être encore un des ces bouts de papier contrôlés par des gauchistes… Ben, non ! C’est LVMH le propriétaire, c'est-à-dire Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France et un "ami" du presimètre.

Mince, si même les journaux de la droite libérale le dise, c’est qu'il doit y avoir un réel problème.
Mais Nicolas Sarkozy s’en fout. Après le Conseil des Sinistres, cet après-midi, le nouveau porte-parole du gouvernement (Chatel) a redit qu’il n’y aurait aucun ralentissement des réformes.
Qu'on parle d'autisme ou d'orgueil mal placé du chef de l’état, notre pays est très mal parti et le chemin qui nous reste à parcourir sera un chemin de croix. Et avec ça, Pâques arrive… Si ça n’est pas un signe de notre souffrance à venir, je me converti à l’athéisme.

Enfin, ça n’est pas la crise pour tout le monde. La SNCF annonce fièrement 1 milliards d’euros de bénéfices et le gouvernement compte désormais 39 membres.
39 ? Non, j’ai du me tromper… Que disais le programme de Nicolas Sarkozy le candidat en 2007 ? « Si je suis élu, mon gouvernement sera limité à 15 ministres pour être plus efficace ». Ah non, je ne me trompais pas… Nicolas Sarkozy ne respectait déjà pas une de ces promesses de campagne quand ils étaient 33, alors, quitte à mentir, autant le faire avec 6 personnes de plus qu’avant.

Pour la journée de demain, méditez donc sur ces merveilleuses paroles de Ingvar Kamprad, fondateur d’IKEA et 7eme fortune mondiale (selon Forbes) : « L’essentiel reste à faire : merveilleux avenir. »

Photo : Liltree

Publié dans Politique

Commenter cet article

Thierry Benquey 20/03/2008 18:01

J'ai bien ri. Bravo pour cet article plein d'humour et qui ne tachera pas auprès de Ncolas Princen. Ah, d'ailleurs s'il avait eu un z à la place du c, on aurait pu en rire encore plus. (prinzen = princes en germain).
Mais au fait c'est pas drole tout ca ?