Paysage politique français : la victoire est dans les chaussettes.

Publié le par Didier B

bipartisme.jpgQu’on parle de la défaite locale de l’UMP ou de la victoire nationale du PS, rien n’a changé dans le paysage politique français. Nous avons toujours un système bipartite.
Oh, je vous vois venir ; vous allez me dire qu’il y a tout plein de jolis partis politiques en France, comme le PC, le FN, la LCR ou LO… Non, je vous parle de vrais partis politiques qui veulent et qui peuvent gouverner, pas des groupuscules dont certains refusent même l’idée de participer à un gouvernement ! Il est plus facile de s’opposer

Bipartisme, donc !
A gauche, il y a le PS, qui est un parti sans idées (Non, le SMIC à 1500€ n’est pas une idée, c’est un effet d’annonce).
A droite, il y a l’UMP, qui est un parti avec de mauvaises idées (Non, le bouclier fiscal à 50% n’est pas une bonne idée, c’est un cadeau aux amis).
Et ces deux partis se partagent le pouvoir depuis… très longtemps.
Voila à quoi ils jouent ensemble : un type de l’UMP (au hasard, Nicolas Sarkozy) se lève et crie aux français « J’ai une vraiment très mauvaise idée ! ». Alors, un type du PS se lève et crie à son tour aux français : « Et nous avons les moyens de la rendre encore plus merdique ! ».

Tout le monde se satisfait de cet équilibre des forces et du partage implicite du pouvoir. Mais qu’il arrive un trublion qui veut avoir sa part du gâteau et les deux grands partis montent au créneau pour dénoncer l’instabilité qui menace et le retour aux habitudes de la quatrième république. Pauvre MoDem, voué aux gémonies pour des fautes qu’il n’a pas encore eu le temps de commettre.
Pour tempérer les affirmations de l’UMPS, la quatrième république, même instable, a quand même reconstruit la France ruinée par la guerre, participé à la création de l’Union Européenne, commencé la décolonisation et fabriqué la première bombe A franco-française. Pas mal pour un régime instable, non ?
Et le régime stable, il a fait quoi ? A part gérer les affaires courantes ?

Bien sur, la cinquième a eu son lot de dirigeants, des grands qui « mangeaient » pour 5000 F par jour ou des intellectuels qui croyaient aux forces de l’esprit. Des meilleurs économistes de France ont précédés les meilleurs d’entre nous, mais rien n’a changé !

Alors, de grâce, laissez donc le MoDem s’exprimer. Ca ne mange pas de pain, et il pourrait peut être en sortir de bonnes idées que ni la droite ni la gauche ne semblent être capables d’imaginer. Le PS et l’UMP n’ont pas le monopole de la pensée, ça se saurait ! Et ça donnera peut être un avenir à la France et aux français…

Pour finir sur une note joyeuse, avez-vous entendu parlé de ce président de bureau de vote de Perpignan pris en flagrant délit de bourrage d’urne dimanche soir ? Il avait caché des bulletins de vote en faveur du maire sortant UMP dans ses chaussettes « pour ne pas les égarer avant le dépouillement »… Bah, pas grave ! Si Rachida Dati a bien fait son travail, il doit y avoir un procureur compréhensif à Perpignan…

J’espère que ce n’est pas ça l’avenir politique de la France.

Post Scriptum : Je remercie Lewis Black d'avoir été une source d'inspiration pour ce billet.

Photo : Tipoyock

Publié dans Politique

Commenter cet article

Avel Mor 19/03/2008 04:09

clap clap clap! ;-) S'il y a bien un sujet où le MoDem peut apporter un peu d'air frais, c'est sur les institutions. Ce sujet est difficile en France puisque, vouloir restaurer les droits du parlement renvoie inéluctablement à la caricature de la IVème République.Pourtant, tous les pays voisins de la France vivent sous un régime parlementaire, sans être particulièrement instables. On parle toujours de l'Italie, moins de l'Espagne, de l'Allemagne et du Royaume Uni.Par honnêteté intellectuelle, on devrait pourtant reconnaître que l'instabilité institutionnelle de l'Italie et de feu de la IVème République venait plus du mode de scrutin que de la forme constitutionnelle: proportionnelle quasi intégrale en Italie et horrible loi des "apparentements" sous la IVème.Comme tu le soulignais toi-même dans un de tes précédents billets, même le régime dit "présidentiel" des Etats-Unis est en fait très "parlementaire". Les sénateurs et représentants, maître de leur ordre du jour peuvent imposer leur loi au pouvoir exécutif. Dans certaines limites (droit de véto) certes, mais les parlementaires ont un vrai rôle. Contrairement à nos parlementaires qui sont réduits à voter "comme un seul homme" les projets de lois du gouvernement, à poser des questions aux gouvernements une fois par semaine (!!!), à proposer des amendements qui seront rejetés s'ils sortent trop du cadre voulu par les cabinets ministériels et... à pondre du papier (des "rapports parlementaires" souvent de bonne qualité mais que personne ne lit!).Bref, il y a du boulot. Pas sûr que le MoDem soit en définitive l'architecte de ces changements. Mais en attendant, il fait entendre sa petite musique et contribue à remettre sur la table certains sujets dont ni l'UMP ni le PS n'ont envie (ou intérêt) de débattre...

Laurent 19/03/2008 01:20

Il y a surtout des bouffons plutôt que des politiciens en France.http://www.adicie.com/archives/169

emiliano 18/03/2008 22:05

A PERPIGNAN effectivement il parait que la victoireest dans les chaussettespuisqu'on y retrouve même des buletins de votesdans les chaussettes...