François Fillon et les retraités.

Publié le par Didier B

undefinedFrançois Fillon est descendu à la mine hier soir, sur TF1, pour tenter de rassurer les retraités descendus eux dans la rue pour réclamer une augmentation immédiate de leurs retraites. C’était un mouvement logique quand on se souvient que les retraités ont massivement voté pour Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2007.Les vieux ne se satisfont pas des 1,1% d’augmentation de leurs retraites quand l’inflation est de 2,6%. Et, à 3 jours des élections municipales, on ne pouvait pas les envoyer au diable.

Le premier ministre a bien tenté d’expliquer qu’il fallait le temps de calculer l’inflation, que tout rentrerait dans l’ordre et a esquissé une éventuelle réforme (encore une) du système. Il a même osé dire que son gouvernement n’avait pas attendu les manifestations pour réagir sur le sujet. Mais sa présence sur le plateau de PPDA, essentiellement consacrée à ce sujet, était pourtant la preuve que ce gouvernement ne prévoit rien et réagit en fonction de l’actualité du moment.

Encore une fois, on peut remarquer que rien de tout cela ne serait arrivé si François Fillon avait pu afficher de bons résultats sur les réformes passées. Mais les cadeaux fiscaux aux plus riches et les réformes inutiles (même si elles sont approuvées dans les sondages de la Pravda) ne peuvent pas satisfaire une population inquiète.

Il ne reste que trois jours avant le premier tour des élections municipales où la droite s’attend à prendre une fessée. Pour tenter de limiter les dégâts, François Fillon a battu la campagne et même Nicolas Sarkozy est sorti de sa semi retraite. Mais l’intervention du président n’a pu convaincre que les déjà convaincus tant elle semblait en décalage avec la réalité. Fini le président omniprésent ? Peut être…

Les deux dernières semaines nous ont montré une chose, c’est que le sarkozysme peut exister sans que Nicolas Sarkozy soit en première ligne. François Fillon pense la même chose, dit la même chose et réforme de la même manière. Il faut donc rester attentifs à ce que le premier ministre fait et dit, car il risque de se retrouver en première ligne bien plus souvent que sur les 9 mois précédents. C’est du reste ce que dit très bien cet excellent billet.

Quel que soit le résultat des élections municipales, il ne garantira en rien le retour à la raison du gouvernement de François Fillon ou de son successeur.
Restons vigilants !

Votez pour ce billet

Publié dans Politique

Commenter cet article