Que veut réellement Sarkozy ? Ou est passée l'opposition ?

Publié le par Didier B

UMPAction.jpgCurieuse semaine que celle que nous venons de passer. Elle a commencée Samedi 16 avec l’appel pour une vigilance républicaine publié par Marianne. Elle s’achève Vendredi 22 par la volonté revendiquée par Nicolas Sarkozy de passer outre la Constitution qu’il est chargé de respecter et de faire respecter.

Et alors ? Hier encore, un membre de ma famille me disait que parler de politique, de religion ou de Nicolas Sarkozy ne changeait rien à notre vie quotidienne et qu’il fallait donc ne pas en parler.
Et cette personne n’a pas tout à fait tort ; pendant qu’on parle des supposés SMS, des dérives monarchiques, des coups de couteau dans la laïcité, des petites phrases des uns et des autres, il ne se passe rien. Le quotidien des français ne s’est pas amélioré et, compte tenu de la conjoncture économique, il ne s’améliorera pas tout de suite.

Pourtant, si on ne parle pas des dérives monarchiques, des atteintes à la laïcité ou des comportements étranges des membres de la majorité présidentielle, de quoi pourrait on bien parler ?

Car, depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, son gouvernement et lui n’ont rien fait. RIEN !
Ah, ça y est, j’entends déjà les sirènes de l’UMP hurler le nom des « grandes » réformes votées dans mes oreilles. Alors, parlons de ces grandes réformes qui changent la vie des français :

-          Service minimum dans les transports terrestres : Pour permettre d’organiser un service minimum, il faut imposer des réquisitions de personnel, comme cela se fait dans le milieu hospitalier. Or, la loi ne prévoit aucune réquisition, juste une obligation de se « déclarer » gréviste… Rien n’empêche la totalité du personnel de la SNCF (par exemple) de se mettre en grève et pschitt… Une bien belle loi qui ne change rien !
-         
Augmentation du pouvoir d’achat : Ah, la loi TEPA et la sacro-sainte détaxation/défiscalisation des heures supplémentaires. Ne prenons pas les employeurs pour des imbéciles : si une entreprise n’a pas besoin de faire faire des heures supplémentaires à ses employés, ce n’est pas parce qu’elle payera moins de charges qu’elle en fera faire…Le seul effet notable de cette mesure aura été de faire diminuer les rentrées d’argent dans les caisses des organismes sociaux (Sécu, Unedic, etc…). La défiscalisation partielle des intérêts d’emprunts immobiliers ne concernent que ceux qui obtiennent un crédit. Elle n'apporte rien à ceux qui ne peuvent pas en obtenir un … Pschitt, a nouveau !
-         
Réforme des régimes spéciaux de retraite : Si j’ai bien suivi, la réforme ne change que le nombre d’années de cotisation des bénéficiaires, et en plus pas tout de suite… Un coup pour rien !
-         
Réforme de la carte judiciaire : Ca, pour le coup, ça change la vie des français qui seront obligés de faire des kilomètres supplémentaires pour trouver un tribunal. A l’UMP, c’est ce qu’on appelle « être à l’écoute des préoccupations des français ».
-         
Grenelle de l’Environnement : Une réforme ? Disons un vœu pieu, qu’une loi sur l’utilisation des OGM en France votée en février a eu vite fait d’envoyer au placard. Pschitt…
-         
Lois sur les peines planchers et la rétention de sûreté : Ces lois flattent notre envie de punir mais que changent-elle dans la vie quotidienne ?

Je passerais sur le « Plan Banlieue » dont le financement n’est pas assuré, le ratification du Traité de Lisbonne qui s’est faite dans le plus parfait manque de respect du suffrage universel, des cadeaux aux plus riches (dont le bouclier fiscal à 50% des revenus est le plus bel exemple), des effets d’annonces (plan Alzheimer, minimum vieillesse…) et des mensonges grossiers comme celui sur l’augmentation des logements sociaux en France quand la Fondation Abbé Pierre nous dit le contraire.

Pourtant, les idées ne sont pas mauvaises en elles mêmes. Oui, il faut réformer les régimes spéciaux de retraite et tout le système de retraite français. Oui, il faut un service minimum dans la fonction publique et les services publics. Oui, il faut préserver notre environnement au risque de tous crever de notre pollution et de notre nourriture.

Mais avant de faire des réformes « jolies », il faut faire des réformes réellement utiles. Les rapports de la Cour des Comptes notent tous les ans que l’état a de l’argent, mais qu’il est souvent mal dépensé. Avant d’essayer de faire des réformes esthétiques, il vaudrait mieux être efficace. Avant de faire des réformes inspirées par l’idéologie, il serait bon de réfléchir à des réformes utiles aux français et pas seulement aux plus riches.

On pourrait réfléchir par exemple à une réforme des collectivités locales. Plus de 36000 communes, 97 conseils généraux, 22 conseils régionaux, des commissions, comités et autres conseils comme s’il en pleuvait… Des dépenses, des dépenses… En réduisant le nombre de ses collectivités, on réaliserait des centaines de millions d’euro d’économies, qu’on pourrait réinvestir dans le tissu économique français.
Tiens, on pourrait même imaginer une nouvelle politique industrielle, qui ne se limiterait pas à des visites de Nicolas Sarkozy dans des usines menacées de fermeture. Mais non, on préfère vendre les entreprises d’état, par idéologie.

Nicolas Sarkozy a passé plusieurs années au gouvernement avant de devenir Président. On peut donc croire qu’il a l’expérience nécessaire pour assumer ces fonctions. On peut aussi légitimement croire qu’il a pris le temps de préparer ses réformes. Pourtant, jour après jour, nous assistons à la représentation d’un comique amateur… même pas digne de passe au « Point Virgule », vu qu’il ne fait plus rire personne.

Alors, que veut Nicolas Sarkozy ? Veut-il le bien de la France et des français ? Ou assouvi-t-il un besoin de pouvoir personnel ? Sa volonté de contourner la décision du Conseil Constitutionnel au nom de victimes qui n’existent pas (les « crimes » que la rétention de sûreté veut punir n’ont pas encore eu lieu) n’est-elle pas que la dernière incartade en date d’un égocentrique obsédé par le pouvoir ? Ou la Xième preuve qu’il est incapable de tenir sa fonction ?

Pourquoi est ce moi qui fait des propositions (même si elles sont stupides)? Pourquoi n'est-ce pas l'oppostion qui les fait? Ou est passée l'opposition?
Pourquoi est ce que je me pose encore la question ?

Publié dans Polémiquons à droite

Commenter cet article

vieilledame 19/03/2008 15:41

j'ai pu, étant secrétaire-accueil-etc- dans une communauté de communes, constater l'absurdité du maintient des maires dans de toutes petites communes (où ils n'habitent pas les trois quart du temps) - le plus "c'est-moi-que-vlà" avait 50 habitants à sa "charge "! c'est complètement idiot, mais cela fait des postes, des occasions de se sentir important et surtout de grenouiller dans les organismes divers et variés (de plus en plus nombreux, je crois) où l'on peut se faire servir des frais de fonctionnement, et autres défraiements libres de toutes charges....et faire de jolis voyages au frais de la princesse...avoir des billets "tribune" pour aller au foot...etc.etc. ainsi que de nourrir les bases d'une carrière politique...ça ferait donc très mal de faire une réforme, puisque tous les pistonnés-pistonnants se léveraient comme un seul homme et mettraient leur souk !

Rébus 23/02/2008 16:32

D'accord avec toi sur le fait que tout ça consiste en des contrefeux médiatiques destinés à masquer les échecs et l'inaction de notre pseudo super président. il n'empêche que, entre la laicité, la constitution piétinée, il y aun danger réel dont il faut parler

Didier B 23/02/2008 17:00

Je suis entierement d'accord avec le fait qu'il faille parler des atteintes à l'intégrité de la 5e République. Il faut même le répeter, sans cesse. Et je ne vais pas m'en priver !Mais il faut garder en tête qu'il n'y a aucune réelle alternative de gouvernement à l'heure actuelle. Et la politique n'aime pas le vide, ca laisse la porte ouverte aux extrèmes...