Henri Guaino, la liberté d’expression et la CIA.

Publié le par Didier B

liberteexpression.jpgLa CIA affirmait depuis longtemps qu’elle ne s’était jamais servie du territoire du Royaume-Uni pour assurer les transferts secrets de terroristes présumés. Jeudi, le gouvernement des Etats-Unis a reconnu avoir commis une « erreur administrative » révélée « très récemment » et que des transferts s’étaient bien déroulés sur la base britannique de Diego Garcia, sans pour autant que le gouvernement n’ait été mis au courant…
En clair, nos amis d’outre-manche se sont fait rouler dans la farine par leurs grands alliés états-uniens.

Bien sur, personne n’est dupe de l’excuse de l’erreur administrative mais elle permet à l’administration Bush de « sauver la face » tout en se couvrant en cas d’enquête du congrès sur les activités de la CIA.

Ah les maudits bureaucrates qui gâchent une si belle alliance et le travail exemplaire de très bons espions, qui apprennent la natation en baignoire à leurs invités de Guantanamo.
Rassurez vous, cela ne risque pas d’arriver en France, même si Nicolas Sarkozy revendique son intérêt pour tout ce qui se fait au pays de G.W. Bush. En effet, ici, les espions sont plutôt mauvais alors que les bureaucrates sont extrêmement efficaces.
Et puis, quel besoin aurait la DGSE de transporter secrètement des terroristes du Tchad ou de Cote d’Ivoire jusqu’en France pour les y torturer ? Autant le faire sur place, c’est plus simple !

J’ironise, bien sur ! La France ne pratique pas la torture, même sur les pires terroristes que le monde connaisse. Mais je ne peux le faire que grâce à une chose merveilleuse que nous devons absolument conserver, la liberté d’expression.

Dans notre pays, on peut critiquer le gouvernement, exprimer ses opinions politiques de manière publique sans craindre de représailles de la part du pouvoir en place. J’ai cru un moment que cette liberté d’expression s’était évanouie en écoutant les réactions de l’UMP et du gouvernement après la publication de l’appel pour la vigilance républicaine par Marianne.

Mais Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, vient de me rassurer. Dans un entretien accordé à la Provence, il réaffirme le droit de chacun à s’exprimer librement dans notre pays. « … Mais la démocratie, c'est la liberté d'expression pour tout le monde, pas seulement pour les notables de la politique ! … », déclare-t-il.
Bien sur, des esprits chagrins pourraient m’objecter qu’il parlait de la liberté d’expression des conseillers du président, auxquels on reproche de trop et mal parler. Ca n’est pas grave, je prend quand même !

Tiens, si quelqu’un connaît Henri Guaino, et maintenant que nous savons qu’il défend la liberté d’expression, peut être faudrait-il lui demander d’intervenir en faveur de Yves POEY. Ce bloggeur est en effet poursuivi pour diffamation et insulte par Yves Jégo, l’inénarrable porte-parole de l’UMP. (Je vous en parlais déjà ici)

Allez Monsieur Guaino, un bon geste pour la liberté d’expression… Si vous obtenez que Yves Jégo retire sa plainte, j’arrêterais de dire du mal de Nadine Morano.

Sources : La Provence - Le Monde

Votez pour ce billet

Publié dans Politique

Commenter cet article