L'appel et le contre-appel

Publié le par Didier B

Après l'appel "pour une vigilance républicaine" publié dans Marianne et la pétition  lancée à la suite sur  Mesopinion.com, la résistance s'organise pour sauver Nicolas Sarkozy du lynchage médiatique dont il est l'objet.

C'est sur Fessebouc... non, Facebook que les sympatisants de l'UMP et les amis de Nicolas Sarkozy "le Gentil" sont invités à ce rendre pour y faire connaitre leur soutien franc et massif. Si, si, c'est Sarkofrance et La Basse Cour qui le disent.
Bon, il va falloir expliquer à celui qui a eu cette idée que, pour s'inscrire sur la liste de soutien, il faut d'abord s'inscrire sur Facebook et que les français n'aime pas trop les inscriptions longues. Enfin, moi, j'aime pas ça, surtout si il n'y a rien à gagner.

De plus, Facebook est un site un peu léger en matière de sécurité des informations personnelles. En effet, d'après leurs conditions d'utilisation, l'inscrit donne au site une licence d'exploitation mondiale, perpétuelle et irrévocable pour utiliser le contenu posté (par exemple copie, exposition publique, traduction, distribution...) a des fins commerciales ou publicitaires etc... (regardez ici au paragraphe "User Content posted on the site"). De plus, le site peut conserver le contenu posté même après la fermeture du compte...

Ca craint non?

Allez plutôt signer la pétition "pour une vigilance républicaine". C'est plus sur... à tous les points de vue.


Commenter cet article

Rébus 20/02/2008 10:52

je crois que cette contre offensive est une idée de Jégo . Joue au jeu de l'intrus et trouve les mots qui ne vont pas ensemble Jego, idée,dignité, UMP, Sarkozy.Ah ben, aucun en fait

Didier B 20/02/2008 11:02

Oui, c'est bien de Jégo, il y a même un entrefilet sur le JDD en ligne, c'est dire toute la puissance de sa communication.