Ca sent la Fronde à l'UMP.

Publié le par Didier B

assemblee_nationale.jpgC’était jour de réunion ce mardi et ils étaient un peu plus de 100 députés UMP (sur 313) a être venus écouter la bonne parole de sept ministres présents, les autres députés étant absents pour cause de campagne électorale. Mon œil… Encore quelques uns qui ne veulent pas participer à la vie de ce beau parti qu’est l’UMP

Remarquez qu’ils n’ont rien manqué, on a fait que de parler des prochaines déroutes électorales !
Il faut bien comprendre que le propre d’un député est d’abord d’être élu et ensuite de conserver son siège. En effet, il vaut mieux être élu plusieurs fois si on veut profiter des menus avantages qu’offre l’Assemblée Nationale à ses locataires, comme le très spécial régime de retraite.  Alors, évidemment, les mauvais sondages et les cafouillages gouvernementaux et présidentiels énervent nos élus.

 « Heureusement que ce sont des élections municipales et cantonales et pas des législatives, sinon on ne serait plus très nombreux dans cette salle ». Cette sortie est l’œuvre de Jean-Luc Reitzer, député-maire d’Altkirch dans le Haut-Rhin. Venant d’un élu d’une région votant traditionnellement a droite, la réflexion a d’autant plus de saveur.

Le député Reitzer en a profité pour faire un carton sur Rachida Dati, citant « l’arrogance » et le « manque de respect » de la ministre dans le cadre de la reforme de la carte judiciaire. Courageux le député, non ? Enfin, Rachida Dati n’était pas là, faut pas déconner.

Ceci dit, l’élu alsacien a été applaudi par ses petits camarades, comme une vraie star. Ce qui en a encouragé d’autres à se lâcher sur la laïcité. Apparemment, quelques députés UMP ne comprennent pas les déclarations de Nicolas Sarkozy à ce propos.
Qu’ils se rassurent, nous non plus, on ne comprend rien !

Heureusement, le « chef de rayon » Jean-François Copé est là pour tout arranger. Un chef de rayon, c’est le petit chef qui se prend tout les coups venant des salariés du magasin et qui doit faire passer les messages du patron vers les dits salariés. Après la réunion et sans rire, il a affirmé aux journalistes présents (ceux qui avaient eu le temps de revenir de Villiers le Bel) que « sur le terrain », il y avait une « remobilisation vraiment très significative de nos électeurs ». Pour les électeurs, je ne sais pas, mais pour les élus, c’est la Berezina !

De toute façon, Jean-François Copé s’en fout des états d’âme des députés. Il a un nouveau travail, chef du Machin sur la « nouvelle télé publique ». Il est très fier, il pense devenir le Jacques Attali de la droite.

Il a trouvé tout de même le temps de dire à Nicolas Sarkozy que les élus UMP voulaient "participer très activement au travail législatif" et "faire de la coproduction législative". Elle est bien bonne celle là ! Les députés qui veulent faire la loi ? Et puis quoi encore ? D’ailleurs, Nicolas Sarkozy l’a très mal pris. Et il a dit à Copé qu’il voulait «voir plus systématiquement les groupes», surtout celui de la majorité, pour avoir des «relations détendues». Ca va saigner des les couloirs du Palais Bourbon !

Tout ça n’est pas bien grave, juste un petit changement des habitudes vieillottes de la 5e République. Du reste, Nicolas Sarkozy l’a déjà affirmé, il aime les députés et il veut pouvoir venir faire des discours régulièrement devant l’Assemblée et le Sénat.
Le problème, c’est que le Sénat, par la voix de son président, Christian Poncelet, vient de faire savoir que le président n’était pas le bienvenu au palais du Luxembourg. Officiellement, Poncelet craint que des propos « inélégants » adressés au président ne puissent « saper son autorité ».

Les sénateurs pourraient lui dire des gros mots ? Comme « A mort le Roi » ?

Votez pour ce billet

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monsieur Poireau 20/02/2008 09:03

C'est une méthode classique : quand on veut calmer l'assemblée, on lui donne quelques jouets pour s'occuper. Ainsi, pour se débarrasser d'une boulette par lui commise, Sarkozy fait d'une pierre deux coup : il calme ses députés en créant une commission !M'étonnerais pas qu'on en voit d'autres dans les jours qui viennent pour se débarrasser discrètement des mauvaises intuitions du flair en panne présidentiel !:-))