Carla Bruni et l'Express : 1er dérapage incontrolé !

Publié le par Didier B

Il faut arrêter de parler de la vie privée de Nicolas Sarkozy ; combien de commentateurs et personnalités politiques ont répétés ses mots au cours des dernières semaines.
Il est même quelques rares français qui, sur Internet, tentaient de faire entendre leur voix.

Dans un entretien accordé au JDD le 10 février, Jean-François Copé déclarait : « le président a le droit au respect de sa vie privée … Et tout ce que je lis en ce moment me donne la nausée. » Il précisait également qu’il était « …temps d'appeler au cessez-le-feu » entre la presse et le président de la République.
Le même jour, au cours du « Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro, Michelle Alliot-Marie, trouvait que l'on parlait « beaucoup, et sans doute trop de la vie du président de la République ». Pour elle, « la vie privée doit demeurer privée ».

Chiche ! On en parle plus !

Mais si on demande à la presse de ne plus parler de la vie privée de Nicolas Sarkozy, les proches de celui-ci ne se voient pas imposer les mêmes contraintes :

« Chacun le sait, le président a eu à gérer des problèmes personnels. Il a dû consacrer un peu de temps à régler ces soucis et, du coup, les Français ont eu le sentiment qu'il ne leur appartenait plus complètement. Ils l'ont d'autant plus éprouvé qu'ils ont l'habitude d'un président sans cesse sur tous les fronts. »
C’est ce que Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, déclare au magazine l’Express paru ce mercredi, en réponse à une question sur la baisse de la cote de popularité du président.

Ne serait-ce pas ce qu’on appelle vulgairement du « foutage de gueule » ? Je veux bien admettre que la vie privée de Nicolas Sarkozy ait un peu trop envahi les médias, même si l’origine du problème est sûrement à chercher dans son comportement et son choix d’instrumentalisation.
Mais demander aux journalistes de n’en plus parler et venir aussitôt leur resservir la soupe, c’est au mieux du masochisme, au pire de la bêtise crasse.
Accessoirement, comme le fait remarquer Pascal Riché, rédacteur en chef de Rue89, si Pierre Bouton venait à épouser Naomi Campbell, il ne viendrait à l’idée de personne d’expliquer les 7 milliards d’euros de pertes de la Société Générale en disant : « Chacun le sait, le président a eu à gérer des problèmes personnels… »

Mais c’est Carla Bruni, la femme de Nicolas Sarkozy, qui décroche la timbale. Dans un entretien exclusif qu’elle accorde à l’Express, elle se « livre » sur sa vie privée et celle du président…
Bêtise crasse ou opération de communication, cela n’en reste pas moins en opposition avec la volonté de ne plus parler de la vie privée du grand homme !

Je passe volontiers sur le contenu de l’entretien, vide de sens et d’intérêt général.
En revanche, là ou Carla Bruni dépasse les bornes, c’est quand elle dit à propos de la plainte de son mari contre NouvelObs.com : «  La plainte justifiée de mon mari n'est pas contre un organe de presse, bien sûr, mais contre les "nouveaux moyens de désinformation". Internet peut être la pire et la meilleure des choses. A travers son site Internet, Le Nouvel Observateur a fait son entrée dans la presse people. Si ce genre de sites avait existé pendant la guerre, qu'en aurait-il été des dénonciations de juifs? »

Quand on sait que les auteurs de l'article lui ont laissée la possibilité de le relire et de le modifier avant publication, on ne peut penser qu’une seule chose… Blonde !

En d’autres termes, elle assimile le Nouvel Observateur et son site internet à un journal de collaborateurs nazis…
La direction du magazine n’apprécie évidemment pas la comparaison et parle de « diffamation ». On est peut être pas loin d’assister à une grande première en France : une plainte en diffamation contre la femme du président en exercice.

Curieusement, la presse quotidienne française ne semble retenir pour l’instant que le vœux pieux de Carla Bruni de remplir son rôle de première dame (je hais cette expression) « de son mieux ».
Cette indifférence est peut être due au fait qu’on ne considère déjà plus Christophe Barbier (directeur adjoint de la rédaction de l’Express, auteur de l'article et ami de Carla) comme un journaliste, mais comme un des nouveaux porte-parole de la présidence…

Et parler de la vie privée du président à un ami et collègue, ça n’est pas pécher ; Amen !

Il faut noter que, dans la vidéo "making of" (disponible sur le site de l'Express, dans l'article), Christophe Barbier dit : « Nous nous sommes vus le mardi 5 février et pratiquement tous les jours de la semaine qui a suivi, pour à chaque fois préciser, compléter, rajouter des questions, retravailler des formulations. », des propos qu'il confirmera dans l'émission T'empèche tout le monde de dormir : « On a beaucoup travaillé sur cette interview. (...) Elle a voulu absolument parler de la polémique du SMS. »

Le 13 février, sur le site de l'Express, Carla Bruni s'excuse de ses propos :

« …j'ai comparé, à tort, les méthodes employées dans les sites Internet avec celles employées par la presse collaborationniste. Si j'ai pu blesser quelqu'un, j'en suis extrêmement désolée. J'ai juste voulu dire tout le mal que je pense de ces attaques ad hominem, qui dégradent l'information. Et le danger potentiel qu'elles représentent. »

Attaques ad hominem dont elle a pourtant usé et qui vont maintenant se retourner contre elle.
Compte tenu du degré de préparation de l'entretien, les propos tenus me semblent avoir une grande portée et je ne crois pas pouvoir "accepter" ses excuses. A vous de juger !
Votez pour ce billet sur blogasty

Publié dans Humeur

Commenter cet article

zoé 13/02/2008 11:06

Quand j'ai lu cet article ,je me suis dit " oh Carla s'est vengée!" En effet, pourquoi pas ?Supposons que le SMS était vrai ,Carla en racontant tout ( et surtout n'importe quoi ) juste après son couronnement en tant que première dame ,met notre nico national dans une situation bien indelicate .Voilà de la vengeance !En tout cas ,sarkozy est extremement influençable ,il était ce que Cécilia en a fait ,voilà que Carla débarque ... bref comment un type aussi instable a pu étre élu president ?