Un mariage et quatre enterrements !

Publié le par Didier B

Attali-Sarkozy.jpg Cela aurait pu être une belle semaine en Sarkozye car Samedi, le 2 Février, notre Hyper Président s’est marié. Sonnez les cloches, car nous voila riches d’une nouvelle Première Dame.

Mon dieu (en toute laïcité), que je hais cette expression ! Première Dame ! Non que je doute du sexe de la nouvelle épouse ; mais devoir la considérer comme la Première « quelque chose », sans qu’elle ait fait preuve de son mérite, me gène.
Il faudrait donc évaluer ses performances avant de pouvoir la considérer comme une vraie Première Dame, et non pas simplement comme la femme de Nicolas Sarkozy.




Penser à évaluer Carla Bruni-Sarkozy n'a rien de sacrilège en Sarkozye car mêmes nos ministres le sont, comme dans une entreprise privée. Mais à la différence d’une entreprise privée, leurs augmentations ne devraient pas en souffrir si les performances ne sont pas bonnes.

En revanche, les salaires des enseignants auraient put évoluer en fonction de leurs évaluations, dont celle de leurs élèves, idée pour le moins idiote. Les Français évaluent et notent leurs dirigeants lors des élections, mais l’école n’est pas une démocratie. C’est pourtant ce que proposait le rapport de la « Commission pour la Libération de la Croissance Française », plus connu sous le nom de rapport Attali.

Que les enseignants se rassurent, c’est un cadavre encore chaud qui repose au pied d’un rayonnage de la Bibliothèque Nationale, le président de la République ayant signé son arrêt de mort le 7 Février.
En recevant les représentants des taxis et en leur assurant que il n’y aurait pas de réforme de leur profession, Nicolas Sarkozy a montré a quel point son soutien au rapport était feint et son courage politique limité. 

 

"Je veux dire que j'adhère à l'essentiel de vos conclusions, si certains ont été effrayés par le contenu de vos propositions, moi je les trouve plutôt raisonnables dans l'essentiel" Nicolas Sarkozy le 23 Janvier 2008, lors de la remise du rapport.

 



Le corporatisme a d’ailleurs de beaux jours devant lui quand on voit que les buralistes sont arrivés à enterrer les principes de santé publique.

Depuis la publication des décrets d’application de la loi Evin en novembre 2006, nous savions qu’il serait totalement interdit de fumer dans les lieux publics à partir du 1er Janvier 2008.
Mais les buralistes français ne doivent pas s’informer au même endroit que tout le monde et s’estiment donc lésés car « pris par surprise ».
Qu’à cela ne tienne, le Président leur à garanti un aménagement de la loi qui leur permettra de passer outre… Encore une reculade pour notre courageux en chef et un cadavre de plus en France.




Bien sur, il faut comprendre que les élections municipales, même si elles n’ont « aucune portée nationale », inquiètent le président et l’UMP, d’autant que la coté de popularité du locataire de l’Elysée a suivi le même chemin que les cours de bourse de la Société Générale.

Empêtré dans ses problèmes personnels et éclaboussé par le comportement de ses collaborateurs et ministres, le président n’a rien trouvé de mieux que de tenter de faire taire ceux qui colportent ces nouvelles : les journalistes.

Une plainte pénale contre le site internet du Nouvel Observateur semble être la solution choisie par Nicolas Sarkozy pour faire taire « les charognards ». C’est Rama Yade, la secrétaire d’état aux droits de l’homme, qui utilise cette expression dans un entretien avec Jean-Michel Aphatie, sur RTL. De fait, Rama Yade traduit le mot « homme » de droits de l’homme par « Nicolas »…

Le président avait fait taire une partie de la profession en copinant avec les patrons des grands groupes, Bouygues, Pinault, Lagardère et consorts. Cela lui avait permis, entre autre, d’obtenir le licenciement d’Alain Genestar de Paris-Match, après un article qui lui avait déplu. La plainte déposée, même si elle est classée sans suite dans les semaines à venir permettra, espère-t-il, d’effrayer les médias opposants et d’achever de tuer l’indépendance de la presse vis-à-vis du pouvoir.




Le « Plan Marhall des Banlieues » aurait pu redresser la barre, mais il est malheureusement mort-né. On lui a tout de même donné un nom, par respect, "Espoir Banlieue".

Il aura fallu 9 mois pour préparer un rapport constitué de mesures déjà existantes (police de proximité, internats d’excellence, aides aux entreprises), de promesses revues à la baisse (100 000 jeunes aidés contre 250 000 promis) et pour ne pas en dévoiler le financement… Enfin, si, il existe un financement, celui de l’amélioration des transports urbains, mais c’est de l’argent qui provient des provisions du Grenelle de l’Environnement…

Si ce n’est que justice que l’argent lié à la protection de l’environnement aide à lutter contre le réchauffement des banlieues, on peut légitimement se demander si le gouvernement a été très productif pendant ces 9 mois.

Oui, cela aurait pu être une belle semaine pour un mariage… Ce sont les quatre enterrements qui gâchent la fête.


Votez pour ce billet sur et blogasty

Publié dans Politique

Commenter cet article