La presse US adore Nicolas... Ah oui?

Publié le par Didier B

Nicolas Sarkozy est un cas d’exception ; Il peut dans la même phrase montrer à quel point il est vaniteux et menteur et cela n’émeut personne.



Le Parisien
rapporte, dans son édition en ligne du 27 Janvier, comment le président s’est laissé allé à discuter avec quelques journalistes alors qu’ils se trouvaient dans la résidence de l’ambassadeur de France à Delhi.


Interrogé sur son style, qui occulte parfois son discours, le président répond :
« Cela va vous paraître sans doute peu modeste mais j'ai été désigné homme de l'année par les Chinois et homme de l'année par le journal espagnol El Mundo. Est-ce en rapport avec ma vie privée ? Non. Aux Etats-Unis, je suis dans la presse tous les jours à la suite du discours que j'ai prononcé devant le Congrès. Je vais finir par croire que les obsédés ne sont pas là où on le croit. » Sic !

Français, tu es un obsédé, tu as péché toute ta vie, tel est ton châtiment : avoir a endurer ça !


Homme de l’année... le mieux habillé!

Jusqu'à présent, dans mon imaginaire personnel, « l’homme de l’année » était une édition spéciale du magasine TIME, consacrée à une personne qui : « ... pour le meilleur ou pour le pire… a le plus influencé les événements de l’année. » En 2007, Vladimir Poutine a eu cet honneur. Nicolas Sarkozy n'a semble-t-il pas rempli les critères...

En revanche, le quotidien conservateur espagnol El Mundo l’a bien désigné comme son « homme de l’année » en décembre 2007. Face au silence assourdissant de la presse française sur un sujet d’importance capitale comme celui-ci, on peut douter du sérieux de la distinction… Enfin, non, le silence a tout de même été rompu par le quotidien Les Echos, qui nous en glissait deux mots le 28 décembre 2007.

Pour les chinois, rien ! Aucune trace de cet honneur… même dans la presse française, à nouveau bien silencieuse. Peut-être ne dispose-t-elle pas de journalistes lisant le chinois ?

VanityFair-copie-1.jpgNotre président s’est bien gardé de nous révéler le meilleur : dans son édition de septembre 2007, le magasine états-unien Vanity Fair l’avait désigné parmi les 10 hommes les mieux habillés au monde. Amy Fine-Collins, la correspondante du magasine précise dans cette édition qu’il est « fringuant, viril et romantique » et qu’il a « …un sens de l’humour très attirant… ». Et d'ajouter : « Nous aimons le costume Prada qu'il portait lors de sa prise de fonction et nous ne changerions rien à sa garde-robe, pas même ses accessoires de jogging. »


USA love Nicolas ?

Il n'existe pas de presse quotidienne nationale aux Etats-Unis au sens ou on la connait en France. Ainsi, le New York Times, avec une diffusion payante de plus d'un million d'exemplaires (et donc troisième diffusion du pays derrière USA Today et The Wall Street Journal), est presque exclusivement diffusé dans la ville de New York et la région environnante.
Chaque ville ou comté possède son propre quotidien. Ceci n'empèche pas que certains d'entre eux sont considérés comme des journaux de référence, New York Times, Washington Post, L.A. Times, etc...

Le plus gros tirage des Etats-Unis revient à USA Today, un quotidien parfois - étrangement - comparé au Parisien/Aujourd'hui en France, avec plus de 2 millions d'exemplaires par jour (Le Parisien est édité à près de 600000 exemplaires).

En ce qui concerne cette presse quotidienne aux Etats-Unis, je pense que le président a été un peu vite en besogne en affirmant qu’ « [il est] dans la presse tous les jours à la suite du discours [qu'il a] prononcé devant le Congrès ».
Effectivement, elle cite son nom, souvent. Une recherche sur les sites de divers quotidiens montre que ce n’est jamais en rapport avec son discours devant le congrès, lequel, rappelons le, a eu lieu le 7 novembre 2007.


Si Le New York Times, le Washington Post, le Los Angeles Times et USA Today, pour ne citer que de ceux là, utilisent le nom de Nicolas Sarkozy dans leurs articles au cours des 30 derniers jours, il ne le font jamais en rapport avec le fameux discours devant le Congrès des Etats-Unis !

Il faut également noter que dans beaucoup de cas, Nicolas Sarkozy n'est pas le sujet principal de l'article mais un simple accessoire ou une citation. Ainsi dans le New York Times, sur les 30 articles trouvés lors de la recherche, 20 ont notre président comme accessoire, tels ceux relatant la fraude à la Société Générale.

Dans près d'un article sur quatre, il est le sujet principal de l'article au coté de Carla Bruni. Il s'agit donc bien d'articles sur sa vie privée.

De son coté, Le New York Post, tabloïd de l’empire du très conservateur Ruppert Murdoch, ne parle de Nicolas que pour des affaires de vie privée.
Même le Monterey County Herald parle de la vie privée de notre président. Et, franchement, Monterey a beau être en Californie, ca n'est pas le Pérou.

Si, comme le président le fait remarquer, être "Homme de l'année" pour El Mundo n'a rien à voir avec sa vie privée, la presse états-unienne ne lui accorde pas pour autant d'importance quantitative.
Sa vie privée à fait plus écrire sur lui que ces déclarations franco-française ou ses voyages de VRP. Bien entendu, son discours devrant le Congrès à recu une couverture médiatique, mais elle est restée limitée dans le temps, et le temps est passé d'en parler.

Nul besoin d’être analyste politique pour savoir qu’aucun organe de presse de notre beau pays de France ne fera remarquer au président qu’il se trompe, encore moins qu'il ment. A moins de vouloir perdre son emploi, bien sur !

Publié dans Presse

Commenter cet article